L’ESA et la NASA discutent de missions habitées communes

L’Agence spatiale européenne (European Space Agency) et la NASA ont entamé des discussions sur la construction d’un vaisseau spatial européen. Cet appareil servirait à transporter des astronautes vers la Station Spatiale Internationale et, un jour, au-delà de l’orbite terrestre. Coopération salutaire au vu des réductions budgétaires des deux côtés de l’Atlantique ou aveu de faiblesse ?

ATV Jules Verne

L'ATV Jules Verne en approche de l'ISS, en mars 2008 / Photo : NASA

S’exprimant lors du Salon du Bourget, le 20 juin, le directeur de l’ESA, Jean-Jacques Dordain a annoncé que les deux agences spatiales mettaient au point un programme qui doit associer le module de service de l’Automated Transfer Vehicle (ATV) – un vaisseau-cargo inhabité construit par EADS Astrium – au « Multipurpose Crew Vehicle » de la NASA, une capsule spatiale basée sur le Véhicule d’exploration habité « Orion » que Lockheed Martin Space Systems développe pour la NASA depuis six ans.

« Nous travaillons avec la NASA pour voir comment combiner les capacités actuelles de l’ATV avec ce que l’agence américaine fait en termes de systèmes de transport habités pour concevoir un véhicule commun« , a dévoilé Jean-Jacques Dordain. Les deux entités doivent préciser à l’automne les grandes lignes de cette collaboration – et ses coûts de développement. Les États membres de l’ESA étudieront la proposition d’ici le prochain Conseil ministériel devant aborder ses aspects budgétaires d’ici la fin 2012.

ATV Kepler

L'ATV Johannes Kepler amarré à ISS le 7 mars 2011 / Photo : NASA

« D’ici la fin de l’automne, nous n’aurons peut-être pas un seul véhicule mais au moins un module qui pourrait être décliné en un véhicule pour les États-Unis, par exemple, et un autre que les Européens pourraient utiliser dans d’autres circonstances« , a précisé Jean-Jacques Dordain. Pour le directeur de l’ESA, un programme conjoint NASA/ESA pourrait permettre aux Etats membres de l’ESA de capitaliser sur l’investissement qu’a constitué l’ATV, tout en assurant une partie des coûts de maintenance de la Station Spatiale Internationale.

Un calcul dans lequel certains voient un aveu de faiblesse. « L’Europe met fin à la poursuite du vol habité indépendant », titrait le site du Wall Street Journal dans son édition européenne : une trop forte pression sur les budget et des priorités changeantes auraient ainsi tué ce rêve de longue date. Il est certes déplorable que l’Europe ne se donne pas les moyens de ses ambitions dans le domaine spatial. Mais, d’un autre côté, l’espace est un enjeu qui dépasse le cadre des programmes américains et européens. Je prédis toutefois quelques difficultés à la coopération NASA-ESA si elle reste purement bilatérale : tôt ou tard, la nécessité de créer, au-dessus de ces agences, une structure commune, voire unique, chargée d’organiser cette collaboration.

Cet article, publié dans Orbite terrestre, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s