Mars en low-cost, embarquement immédiat ?

Alors que l’entreprise américaine SpaceX s’apprête à ravitailler pour la première fois en novembre prochain la Station Spatiale Internationale, la NASA envisage de faire appel à ses services pour réduire les coûts de la recherche de vie sur Mars. Mais le fondateur de SpaceX, Elon Musk, voit encore plus loin tout en restant bon marché : il veut aller sur Mars… pour sauver l’humanité. Bienvenue dans l’ère du voyage spatial low-cost.

Le lanceur Falcon "Heavy" - Crédits : SpaceX

Quelques chiffres permettent de se faire une idée du caractère révolutionnaire de ce que propose SpaceX : son lanceur Falcon 9 été conçu puis testé, à partir de rien, en quatre ans et demi pour seulement 400 millions de dollars. Le résultat : un monstre qui génère quatre fois la poussée maximale d’un Boeing 747. Pour sa capsule Dragon, SpaceX n’a eu besoin que de quatre ans et 300 millions de dollars. Du coup, le système Falcon 9/Dragon, peut transporter sept astronautes en orbite, soit le double de la capacité d’un Soyuz pour moins du tiers de son prix par siège.

Un voyage vers Mars minimaliste

A ce prix, la Mars Society s’est empressée de proposer à l’Administration américaine un plan de mission plutôt minimaliste basé sur le système Falcon 9/Dragon. Un tel vol pourrait être réalisé avec trois lancements de Falcon 9. La première amènerait en orbite martienne une capsule Dragon inhabitée mais dotée d’un étage de fusée suffisamment puissant pour permettre aux astronautes de retourner sur Terre.

Un second lancement livrerait une charge de 11 tonnes à la surface de Mars : un véhicule de 2 tonnes pouvant décoller et ramener les astronautes en orbite, un petit réacteur chimique automatique, trois tonnes de matériel d’exploration et une centrale énergétique de 10 kilowatts, nucléaire ou solaire. Quant aux 9 tonnes de carburant nécessaires au voyage retour, pourquoi s’en encombrer à l’aller quand le réacteur chimique peut le fabriquer à partir des 95 % de dioxyde de carbone que contient l’atmosphère martienne.

Une fois tout cela en place, un troisième lancement aurait lieu, propulsant une capsule Dragon et ses deux astronautes sur une trajectoire directe vers Mars. A bord : 2,5 tonnes de vivres – assez pour tenir trois ans – et plusieurs centaines de kilogrammes de matériel scientifique. Au bout de six mois de voyage, la capsule Dragon se poserait près du véhicule de retour précédemment arrivé. Les astronautes pourraient alors explorer les environs pendant un an et demi, en utilisant le Dragon comme habitat et laboratoire.

Passer deux ans et demi dans une capsule spatiale : voilà une perspective bien pire que de se retrouver en vol low-cost coincé entre deux mini-sièges. Clostrophobes s’abstenir !

Cet article, publié dans Mars, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mars en low-cost, embarquement immédiat ?

  1. Ping : Highway to Mars | Spatiales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s