Highway to Mars

Pendant des années, Robert Zubrin, président de la Mars society, a prêché sans relâche pour l’envoi d’humains sur Mars. A l’origine du concept « Mars direct« , il a toujours soutenu qu’un voyage vers Mars était accessible avec les technologies disponibles, malgré son coût resté prohibitif. Mais de récents développements autour de nouveaux lanceurs lourds est en train de changer la donne. Et Zubrin d’affirmer qu’il peut désormais nous emmener sur Mars à moindre coût et à très court terme.

Pour frapper l’imaginaire collectif américain, Zubrin compare son projet à la construction d’une ligne de chemin de fer transcontinentale. Il s’appuie non pas sur la conception, extrêmement coûteuse, d’un nouveau lanceur lourd mais sur son achat auprès de l’entreprise américaine SpaceX, qui a dévoilé cette année son projet Falcon Heavy.

Dans le plan de Zubrin, les Falcon Heavy sont lancées à intervalles réguliers, comme un train. Ce « chemin de fer transorbital » permettrait de réduire drastiquement le coût de l’accès à l’espace et d’envisager tout un tas de projets. Devinez quel est celui que Robert Zubrin a en tête…

Le fondateur de la Mars Society n’a eu qu’à modifier à la marge son projet « Mars Direct » conçu durant les années 90, en y incluant le lancement en deux fois de six Falcon Heavy. Par contre, les deux astronautes constituant le maigre équipage de cette mission seraient contraints de passer les six mois de transit vers Mars dans une capsule Dragon, elle aussi construite par SpaceX mais à peine plus grande qu’une capsule Apollo. Inconfortable, pour ne pas dire risqué.

L'intérieur d'une capsule Dragon / image SpaceX

Un module habitable Bigelow Aerospace auquel viendrait s'amarrer le Dragon

Pour ne pas laisser les deux passagers suffoquer ou s’étriper, Zubrin propose d’ajouter au Dragon des modules gonflables, un peu comme ceux que propose l’entreprise Bigelow Aerospace :

Qui plus est, le module gonflable et la capsule voyageraient vers Mars reliés par un câble. Mis en rotation, le système fournirait aux occupants une gravité suffisante pour ne pas laisser fondre leurs os. Robert Zubrin, qui n’a jamais marqué les esprits pour son pessimisme, pense que le premier convoi peut quitter la Terre en 2016. Or, la capsule Dragon et le lanceur lourd Falcon Heavy sont encore en phase de développement.

Mais Zubrin n’est pas à court d’enthousiasme non plus. Lui qui est allé jusqu’à étudier les aspects économiques d’une colonisation de Mars et de chacun de ses aspects (installation, terraformage, commerce interplanétaire et peuplement de la planète rouge) estime que l’apparition d’acteur tels que SpaceX est une occasion unique d’aller de l’avant sans attendre une décision politique ou un geste de la NASA.

Cet article, publié dans Mars, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s