Ganymède, futur cœur économique du Système solaire

Qu’il s’agisse d’exploiter les richesses en gaz de Jupiter ou d’étudier cette planète de près, les futurs explorateurs du système jovien auront besoin d’une base depuis laquelle opérer. Ganymède, le plus gros satellite du système solaire, pourrait être le pied à terre idéal.

Le système jovien pourrait bien devenir, après le système Terre-Lune, le second foyer de la présence humaine dans le système solaire. Surtout si la vie est découverte sur Mars et que les possibilités de colonisation humaine s’y trouvent fortement limitées, sans parler d’une terraformation.

Tout équipage quittant la protection de la Terre doit faire face au problème des radiations solaires. Ceux qui s’approcheront de Jupiter devront également apprendre à se protéger de ses propres radiations mortelles.

Or, Ganymède, un corps plus gros que notre Lune et à peine plus petit que Mars, offre un double avantage : il bénéficie de la protection du champ magnétique de Jupiter contre les radiations solaires ; mais il possède également son propre champ magnétique, qui protège sa surface des radiations de la géante gazeuse.

Ajoutez à cela l’énorme quantité d’eau que possède Ganymède et ce petit monde fait figure de véritable oasis dans cet enfer que constitue le système jovien. Le satellite est en effet recouvert de glace et pourrait abriter comme Europa, autre compagnon de Jupiter, un océan d’eau liquide sous sa surface.

En revanche, Ganymède serait relativement pauvre en minerai. Mais les autres satellites de Jupiter, notamment les satellites troyens, pourraient permettre de subvenir aux besoins de futurs colons. Ces atouts pourraient permettre à Ganymède de rivaliser avec Mars, voire avec la Lune au sein du système solaire et d’en faire l’un des cœurs économiques.

L’Agence spatiale européenne a d’ailleurs récemment choisi la région de Jupiter pour sa mission « JUICE » à destination des lunes de Jupiter. Prévue pour un montant d’un milliard d’euros, la sonde devrait quitter la Terre en 2022 et atteindre le système jovien au bout d’un voyage de huit ans. JUICE étudiera bien entendu Jupiter, effectuera un survol d’Europa et de Callisto. Mais c’est sur Ganymède que les concepteurs de la mission ont choisi de s’attarder puisque leur sonde ira jusqu’à se mettre en orbite autour du satellite… avant d’achever sa mission en s’y écrasant.

Cet article, publié dans Ganymède, Jupiter, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ganymède, futur cœur économique du Système solaire

  1. Ping : La Lune, Mars, et après ? | Spatiales

  2. Pacha dit :

    La première carte géologique de Ganymède (grâce à Voyager et Galileo orbiteur): http://www.pacha-cartographie.com/ganymede

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s