Plus sûre, plus maniable, moins chère : la combinaison spatiale de demain

Les combinaisons spatiales d’aujourd’hui n’ont déjà plus grand chose à voir avec celles du début de la conquête spatiale et la prochaine génération est en préparation. Ces nouveaux prototypes sont déjà plus protecteurs, plus maniables et plus abordables. Mais le récent saut de 39 km d’altitude de Félix Baumgartner pourrait également révolutionner la combinaison spatiale.

Des combinaisons qui vous sauvent la vie en cas d’évacuation

Félix Baumgartner n’a pas sauté d’assez haut – « que » de 39 000 mètres – pour mériter le titre d’astronaute. Pourtant, son exploit pourrait, un jour, aider à sauver les vies de passagers de vaisseaux spatiaux et éviter des catastrophes. Pour les ingénieurs chargés de trouver des solutions d’évacuation pour engins et stations spatiaux, les records de Baumgartner fournissent tout un tas d’informations que les astronautes pourraient utiliser afin d’augmenter leurs chances de survie en cas de pépin.

Felix Baumgartner

La combinaison de Félix Baumgartner a beaucoup en commun avec les tenues pressurisées que les astronautes portent, mais elle diffère d’elles sur un point crucial et qui lui a peut-être sauvé la vie : sa maniabilité, qui lui a permis de se stabiliser en vol et, donc, de ne pas perdre connaissance. Photo : Red Bull Stratos/Associated Press

Des combinaisons qui vous empêchent de « fondre »

BioSuit

Si la BioSuit se déchire, elle peut maintenir la pression générale et vous sauver la vie.

Une vie sédentaire n’est pas le seul moyen de se retrouver avec des os friables et des muscles atrophiés. Aller dans l’espace provoque les mêmes effets : la microgravité que les astronautes connaissent dans les stations spatiales, provoque une perte d’1 % de masse osseuse par mois. Sans faire d’exercices, les astronautes perdent également de la masse musculaire et, donc, de la force, surtout dans les jambes. Des chercheurs on déjà conçu des combinaisons qui imitent la façon dont la gravité exerce de la pression sur nos membres pour contrer les dommages causés par l’espace à nos corps. D’autres comme le professeur Dava Newman, tentent de concevoir des « Biosuits » plus légères et maniables que les énormes scaphandres actuels à l’aide de nouveaux polymères qui permettraient de remplacer l’antique système à air comprimé.

Une autre piste serait de concevoir des combinaisons qui simulent… le ronronnement des chats, puisque ce ronronnement leur servirait apparemment à guérir plus vite de leurs blessures et à renforcer leur densité osseuse. En effet, leurs os réagissent à la pression causée par les vibrations du ronronnement en devenant plus résistants. Grâce à cela, ils peuvent garder os, muscles et tendons fermes malgré leur temps passé à faire la sieste. Soumettre les astronautes à une vibration constante analogue pousseraient leurs os à se renforcer. Reste à expliquer aux astronautes qu’ils devront s’habiller de combinaisons vibrantes ! A défaut, les astronautes pourront compter sur les concepts d’exosquelettes actuellement en développement pour maintenir leurs muscles en activité ou réapprendre à marcher une fois de retour sur Terre.

Des combinaisons qui permettent d’explorer des mondes

Z-1

La Z-1 est polyvalente. Elle vous permet même de vous prendre pour Buzz l’éclair !

Outre les combinaisons destinée à évoluer dans le vide spatial ou dans un espace pressurisé, de nouvelles tenues sont en cours de test en vue de leur utilisation sur la surface d’autres corps du système solaire dont la Lune et Mars. Ces tenues doivent répondre à plusieurs contraintes :
– Elles ne doivent pas prendre trop de place dans les minuscules modules de vies où vivront les explorateurs ;
– Elles doivent pouvoir s’enfiler facilement ;
– Elles doivent permettre d’évoluer facilement à la surface, sans risques de chute ou pour la santé.

Pour répondre à ce cahier des charges, la NASA a récemment lancé un nouveau prototype, le Z-1. Comme l’agence américaine ne sait pas où envoyer ses astronautes – la Lune, Mars ou des astéroïdes – elle a conçu une combinaison polyvalente. Pour garder de la place dans l’habitacle, les combinaisons seront accrochées sur les parois de l’habitacle et s’enfileront très facilement, par une sorte de trappe située dans le dos de la tenue.

Des combinaisons qui ne coûtent pas un bras

Dans les années qui viennent les vols habités lancés par des compagnies privées vont se multiplier. Pour répondre à la demande en matériel, des startups telles que Final Frontier Design voient le jour. Leur credo est de proposer des tenues abordables tout en répondant aux critères de sécurité édictés par les agences spatiales.

La combinaison de Final Frontier Design se gonfle en quelques minutes

La combinaison de Final Frontier Design se gonfle en quelques minutes

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s