Avec l’ESA, imprime ta maison sur la Lune

L’idée d’imprimer en 3D les futurs habitats lunaires commence à intéresser l’Agence spatiale européenne. L’ESA s’est récemment associé avec les architectes Foster+Partners pour étudier la possibilité de construire des bâtiments entiers à partir du sol lunaire sans un seul coup de truelle.

Les maçons sélènes déjà au chômage

Si vous aviez déjà prévu de faire carrière dans la maçonnerie sur la Lune, un conseil : trouvez autre chose. Sur Terre, des imprimantes 3D permettent déjà de construire des structures de plus en plus grandes et complexes. Les architectes du projet soutenu par l’ESA souhaitent automatiser la construction sur notre satellite d’habitats en forme de dôme aux parois suffisamment épaisses pour protéger les astronautes des radiations, avec une intervention humaine minimale.

Un bloc d'1,5 tonnes construit en guise de démonstration / Photo : ESA

Un bloc d’1,5 tonnes construit en guise de démonstration / Photo : ESA

Les agences spatiales savent déjà qu’il est difficile et extrêmement cher d’acheminer équipages et matériel jusqu’à la surface d’un autre corps du système solaire. C’est pour cela que la découverte d’eau au pôle sud de la Lune est si importante : elle permettrait aux futurs occupant des bases qui y seraient situées de s’alimenter sans avoir a en apporter une goutte depuis la Terre. De même, les partisans d’une exploration de Mars selon la méthode « Mars Direct » prévoient d’envoyer avec les astronautes des machines qui extrairont de l’air martien le carburant nécessaire au voyage retour.

De la même manière, le mode de construction automatisé que prévoient l’ESA et Foster+Partners éviterait de partir vers la Lune la soute pleine de sacs de ciment. Cette méthode pourrait grandement faciliter la construction de bases et réduire de manière drastique les coûts d’une présence permanente sur notre satellite. Les astronautes trouveraient à leur arrivée une base littéralement sortie de « terre ».

L'imprimante ayant servi à tester le concept est fournie par l'entreprise britannique Monolite, habituée à la conception de récifs coralliens artificiels.

« D-Shape, l’imprimante ayant servi à tester le concept est fournie par l’entreprise britannique Monolite, habituée à la conception de récifs coralliens artificiels.

Seule la structure gonflable de l’ensemble serait acheminée depuis la Terre. Le régolite réparti à la surface de la Lune servirait de matière première à l’imprimante qui le déposerait couche après couche pour former une structure protectrice programmée à l’avance et un bâtiment entier en une semaine.

Qui n’a pas rêvé d’avoir son propre trou de Hobbit sur la Lune ?

Ce n’est pas la première fois que l’impression 3D est envisagée pour la construction d’habitats sur d’autres planètes. En 2012, des professeurs de l’Université de Californie du Sud proposaient d’envoyer sur la Lune des imprimantes 3D programmées à l’avance.

Mais il n’y pas que des bâtiments qui pourraient être imprimés. La NASA a récemment accordé un financement au projet SpiderFab dont la technologie pourrait permettre l’impression de vaisseau spatiaux directement depuis l’orbite terrestre. Des vaisseaux imprimés qui desservent des spatioports imprimés : les as du Do-It-Yourself s’appliquent à conquérir le système solaire.

Building a lunar base with 3D printing, sur le site de l’ESA

Cet article, publié dans Lune, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s